Leonard Cohen🎶

Elle est sa dernière chanson. Celle dans laquelle Leonard Cohen, octogénaire, s’adresse à ce Dieu qu’il traite de « motherfucker ».

Magnified, sanctified is your holy name /Vilified, crucified in the human frame /A million candles burning for the help that never came/ You want it darker /Hineni, Hineni, I’m ready, my Lord.

Les amateurs de série polar auront probablement reconnu cette magnifique chanson. La plus belle de Leonard Cohen.

🎻Inéluctable ❓

Ce qui devait arriver, arriva. Voici l’animal.

Après un bon nettoyage, et un réaccordement (réaccordage ?), il fallut lui rappeler qui commandait. Car le bougre s’est bien défendu. Tout est à refaire . Mais les automatismes sont là et mon solfège revient très vite. Patience et longueur de temps…

In fine, ce confinement aura eu du bon. 😃

Dans ses cordes 🎶

Trente cinq ans plus tard, les doigts d’une violoniste se posent sur d’autres cordes. L’émotion est intense. Les répétitions, les concerts…Tant de souvenirs reviennent !

Dans quelques jours, Nemo rencontrera son nouveau professeur. Elle devrait progresser très vite . Pour qu’en deux croches, trois triolets, les accords deviennent parfaits. 🎶

Boris Vian 🎶

Aujourd’hui, nous écouterons l’affaire Boris Vian (violences en réunion). Le premier qui rit sera expulsé de la salle !

Etienne Daho 🎶

Seul sur le trottoir, les portes du pénitencier se sont refermées. C’est un nouveau pari. C’est le premier jour du reste de sa vie.

« C’est incroyable le nombre de gens qui me disent : ‘Cette chanson a fait bouger quelque chose dans mon existence.’ Quand on arrive à ça, c’est extraordinaire. Il y a toujours un moment où se demande si c’est fini. C’était une manière de dire : ‘J’y crois, il y a quelque chose qui m’emporte qui est plus fort que moi et qui va me permettre de franchir ce moment et de construire un futur différent’. » Etienne Daho.