A la barre ⚖️ 6

L’histoire se passe à Nanterre. Madame X est avocate. Sur les bancs des tribunaux, elle croise Y. Malgré une forte attirance, leurs rapports restent confraternels. Madame X réussit le concours de la magistrature et part à Bordeaux.

Quelques mois plus tard, Madame X revient à Nanterre. Elle a 40 ans. Elle retrouve Y. Ils s’aiment et font un enfant. En apparence, tout va bien.

Car ce qu’ignore Madame X, c’est que son compagnon a une maîtresse, avocate elle aussi. C’est également la soeur d’un ministre de François Hollande (vous suivez ?)

En 2017, Madame X est mutée à La Réunion. Y promet de tout quitter lorsque subitement, il révèle sa liaison à Madame X ; il ne veut plus partir. Anéantie, Madame X s’envole avec enfant et bagages. Elle a 58 ans.

Septembre 2018. Une nouvelle fois, la magistrate revient à Nanterre. Elle y apprend que Y projette d’épouser sa maîtresse. Ivre de colère, elle se procure un acte de naissance de son ancien compagnon et publie des bans. Le jour de la cérémonie, elle convainc son beau-frère de prendre l’identité de Y (donc, de son frère) . Ainsi, en mars 2019, l’avocat de Nanterre épouse, sans le savoir, Madame X.

Le temps passe… et la nouvelle du mariage se répand. Les confrères de Monsieur Y le félicitent chaleureusement et lui expriment leur étonnement. Leur histoire n’était-elle pas finie ? Pendant ce temps, Madame XY informe la Chancellerie de son mariage et exige qu’on l’appelle, désormais, par son nom d’épouse.

Y ne comprend pas ; il contacte la Mairie de Nanterre . Et n’en croit pas ses oreilles. Furieux, il saisit le Parquet .

Poursuivie pour faux et usage de faux, faux en écriture publique ou authentique et usage, obtention indue de documents administratifs et usage de faux documents administratifs par personne dépositaire de l’autorité publique,  Madame X est aujourd’hui suspendue de ses fonctions de magistrate. Elle a été placée sous contrôle judiciaire.

Affaire suivante !

A la barre ⚖️ 4

Le 7 Février en Bretagne, Filochard et Croquignol , dont les fins de mois sont difficiles, décident d’aller visiter quelques pavillons en l’absence de leurs propriétaires.

Une , puis deux maisons… tout se passe bien. Les deux hommes font main basse sur l’argent liquide, les bijoux en or et les ordinateurs oubliés. Mais, lorsqu’ils pénètrent dans la troisième villa, une alarme se déclenche et la caméra de vidéoprotection se tourne vers eux.

Aussitôt, Filochard et Croquignol abandonnent les lieux. Des voisins ont probablement appelé les gendarmes et l’agent de sécurité ne va pas tarder !

Ils s’engouffrent dans leur voiture et démarrent en trombe. Ils roulent vite… trop vite. Quelques mètres plus loin, un radar automatique se déclenche. Et un peloton de gendarmerie arrête les cambrioleurs.

Contrôle d’identité… examen des papiers… Filochard fait comme si. Mais tout à coup, l’un des gendarmes se penche et aperçoit, sur le siège arrière de la voiture, un sac qui contient une partie du butin ainsi que cagoule et tournevis.

Filochard et Croquignol ont passé le week-end en garde à vue. Lundi, ils furent déferrés en comparution immédiate. Ayant demandé un délai pour préparer leur défense, ils seront jugés en Mars.

Affaire suivante !