[Terrorisme] Une guerre de retard

Quelque chose ne tourne plus rond dans ce pays. Certains parlent de laxisme, d’autres d’insouciance. Ou de naïveté. Force est de constater que nous sommes dépassés.

Nous parlons, bien sûr, de la préfecture de Paris où quatre policiers furent abattus par une taupe islamiste. Depuis combien de temps nous espionnait-elle ❓ À qui transmettait-elle ses informations ❓

Dans la presse ce matin, le Premier ministre annonce deux enquêtes internes. « Le tamis sera serré » promet-il. C’est lent, c’est long. Mais surtout, n’est il pas trop tard ❓

Un islamiste qui jouait au bon Français. Allumez votre télé et regardez « The Americans« . Al Qaïda n’a rien inventé.

[GPA] Raison garder 👶

Il y a des parents et leur désir d’enfant. Il y a la loi française. Il y a des enfants nés d’un ventre étranger. Et il y a la Cour de Cassation. Enfin, il y a le gouvernement et sa loi bioéthique.

Pendant vingt ans, la justice est restée insensible à la douleur de la famille Mennesson dont les enfants, désormais majeurs, sont nés aux Etats-Unis d’une mère porteuse. Et puis ce 4 Octobre, dans un arrêt dit d’espèce (exceptionnel, qui ne pourra faire jurisprudence), la Cour de Cassation a fait prévaloir l’intérêt supérieur de l’enfant.

Aussitôt, médias et réseaux sociaux se sont enflammés. Car en France, la loi sur la bioéthique, et sa PMA, suscitent les plus vives controverses. Il n’est pas certain que le pays soit prêt à pareille (r)évolution.

Mais si la Cour de Cassation a, dans cet arrêt du 4 Octobre, autorisé la transcription des actes de naissance des enfants Mennesson sur les registres de l’état civil français, il faut raison garder.

D’une part, nous l’avons dit, il s’agit d’un arrêt d’espèce. Il n’est pas certain que les autres tribunaux s’alignent à leur tour. Soulignons que l’affaire Mennesson était hors norme ; l’on peut d’ailleurs s’interroger sur la volonté des Conseillers de vouloir y mettre un terme en reconnaissant le statut de « mère d’intention ». D’autre part, la GPA reste interdite en France. Bien embarrassé, le gouvernement a rappelé que l’adoption restait la voie légale de la filiation . L’amendement voté « par surprise » cette nuit, à une voix près, sera donc … revoté.

In fine, tout irait bien si une question ne subsistait : le parent qui refuse d’adopter agit-il dans l’intérêt supérieur de l’enfant né à l’étranger, d’un ventre acheté ? Le Nigéria, qui propose les premières usines à bébés, a bien saisi l’intérêt financier. Et si les Mennesson avaient ouvert une brèche qui ne se refermera jamais ?

Jessye Norman 🎶

Jessye Norman nous a quittés. Je vous propose de lui rendre hommage avec ce ghospel qu’elle aimait tant, « He’s got the whole world in his hand ».

[Justice] Un ancien Garde des Sceaux condamné !

Le lundi 30 Septembre 2019 restera à jamais gravé dans les annales judiciaires : Jean-Jacques Urvoas, ancien Garde des Sceaux a été condamné par la Cour de Justice de la République.

La peine ( un mois de prison avec sursis et 5 000 euros d’amende ) importe peu. Seule compte sa culpabilité. Jean-Jacques Urvoas a été reconnu coupable.

Ce dossier est énorme. Effarant. Sidérant. Il est celui d’un Ministre de la Justice qui a violé le secret professionnel.

« Si le ministre de la justice n’est plus tenu au secret de l’enquête et de l’instruction (…), il n’en est pas moins tenu au respect du secret qu’impose la nature des informations qui lui sont transmises, en raison de sa fonction. »

Urvoas n’a pipé mot. Il a quitté la salle d’audience, tête basse en annonçant qu’il n’irait pas en cassation.

Dura lex, sed lex !

[actu] Dossier archivé

[Justice] Dutroux, le démon belge

Discrètement, sans bruit, Marc Dutroux tente de sortir de prison.

Souvenez-vous. En 2004, il avait été reconnu coupable d’avoir violé, torturé, séquestré et tué six jeunes filles belges . Et condamné à la réclusion à perpétuité.

En novembre 2012, alors emprisonné à Nivelles (Belgique), Dutroux avait demandé à purger sa peine à l’extérieur de la prison sous la surveillance d’un bracelet électronique . Les magistrats refusèrent. Mais sa demande avait suscité l’émoi en Belgique car, selon la loi, Dutroux est libérable depuis le 30 avril 2013.

A 62 ans Marc Dutroux est détenu depuis 23 ans. Aujourd’hui, « le démon belge », comme le surnomment les Bruxellois, entend obtenir sa libération conditionnelle à l’aide d’une expertise psychiatrique qui devra déterminer sa dangerosité et le risque de récidive. Le tribunal de l’application des peines de Bruxelles, exceptionnellement composé de cinq juges, siégera le 17 Octobre, à huis clos, à la prison de Nivelles .

Lors de son procès en 2004 devant la cour d’assises d’Arlon (Belgique), Marc Dutroux n’avait exprimé aucun regret ni excuse.