A la barre ⚖️ 1

Le Barreau de St Gaudens, tout près de Toulouse, compte dix-sept Avocats inscrits. Leur bâtonnier, Me Ghislaine Lecussan, est installée depuis 1981. Avec son associée, le cabinet traite essentiellement les contentieux du droit du travail et du droit de la famille.

Le 26 février, Imran avait rendez-vous. Réfugié tchétchène en France, il tente de récupérer son enfant. Pour cela, il a soumis une requête au Juge aux Affaires Familiales.

L’associée de Me Lecussan le reçoit pour lui annoncer que leur procédure a échoué. Sur décision du Juge, l’enfant restera chez sa mère.

Alors, Imran explose de colère. Il se lève, insulte la jeune femme en des termes orduriers. L’avocate lui demande de quitter les lieux. Mais son client la menace de lui «en mettre une» et tente de la frapper. Relevons que l’associée de Me Lecussan est enceinte de cinq mois. Puis Imran quitte le bureau en claquant la porte si violemment qu’il en abîme la poignée. Alertés, les policiers l’interpellent, quelques heures, plus tard à Toulouse.

Le jour de l’audience, Imran ne s’est pas présenté. A la Barre, Me Lecussan, qui représente sa consoeur relate le parcours du réfugié et décrit sa peur d’être expulsé. Car Imran ne veut pas retourner en Tchétchénie « où il a connu l’enfer pendant les deux conflits qui ont opposé l’armée russe aux Tchétchènes. Ce traumatisme a laissé des traces. Insomniaque, troubles importants du sommeil, il souffre d’une propension pathologique à la persécution et craint d’être interné en psychiatrie. Ce qui le conduit à transgresser l’ordre établi. « 

« Les avocats ne sont pas à l’abri de la délinquance, ajoute le Bâtonnier. Imran est un individu dangereux, autant pour lui que pour les autres, il a besoin de soins» . Me Lecussan, qui s’est constituée partie civile sollicite la condamnation du prévenu à lui verser l’euro symbolique à titre de dommages et intérêts.

Le Parquet, dans ses réquisitions, souligne tout d’abord l’absence du prévenu à l’audience, puis il en rappelle les antécédents judiciaires : violences, infractions routières, outrages envers les forces de l’ordre et menaces de mort qui l’ont conduit, il y a deux ans, en prison.

Dans sa décision, le tribunal suivra les réquisitions du Procureur en condamnant le prévenu à un mois de prison ferme sans aménagement, 100 € d’amende pour les injures et les dégradations. Imran devra, en outre, verser un euro à la partie civile.

Affaire suivante !

Publicités

19 réponses sur « A la barre ⚖️ 1 »

  1. chachashire

    J’admire une chose : le choix d’une femme enceinte de 5 mois pour annoncer à un père, exilé quand même, qu’il ne pourra pas vivre avec son enfant autant qu’il le voudrait. QU’on a perdu, sans doute par excès de conviction dans la défense. Si ça se trouve le gosse est au main d’une femme encore pire que le père.

    C’est un choix intéressant de la part du cabinet d’avocat, ça le serait dans toute profession. Ne serait-ce qu’en terme de prise de risque pour « l’associée » s’il est violent le client , de gestion du stresse de ces 3 êtres, l’hyper violent qui tord les poignée de porte, l’avocate qui a du avoir peur, et l’enfant à naître.

    En fait je me demande si ces gens vivent dans l’Ile aux enfants où c’est tous les jours le printemps ?

    J'aime

Répondre à blackbonnie64 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s