Se libérer d’une famille toxique ? Je l’ai fait !

Sur son (excellent) blog, notre ami Pangloss se sent « vieux » . Je lui ai répondu que moi aussi, je prenais quelques années à la lecture de chaque mot mal écrit ou prononcé . Mais surtout, que ce combat étant perdu d’avance, j’économisais mes colères.

Des colères, je n’en ai pas éprouvées depuis longtemps. Depuis que je me suis libérée de ceux qui m’imposaient d’appartenir à LEUR famille. Selon leurs règles et à leurs conditions.

Une après-midi en présence de mon père, qui m’imposait de divorcer pour « rentrer dans le rang », j’ai scié la branche. Ce fut violent et aujourd’hui encore, j’en paye le prix . Parce qu’une famille toxique affirmera toujours que le problème, c’est VOUS.

Je n’ai jamais regretté ma décision. Mais pendant longtemps, j’ai cru être différente des autres. Au bureau, certaines conversations étaient pénibles autour de la machine à café. Puis, au fil du temps, de mes lectures et de mes rencontres (merci à ma copine psy qui a su trouver les mots pour me guider), j’ai réalisé que nous étions (très) nombreux à rompre avec des familles toxiques.

Dix ans plus tard, je n’ai jamais été aussi heureuse. Entourée de ceux que j’aime, je vis pleinement une vie que certains m’envient en ignorant, tous, le chemin qu’il me fallut gravir. Mes enfants ont grandi sans que je fasse peser sur eux le poids de grands-parents, d’oncles et tantes néfastes à leur équilibre. A 22 et 18 ans, ils sont épanouis. Bien entendu, je ne leur ai jamais rien caché. 😀

6,90 € chez votre libraire

Hier, en attendant le train de Pauline♥, j’ai fait une halte à la Fnac. J’y ai trouvé ce petit livre de Marie Andersen, psychologue clinicienne, qui s’adresse à ceux qui ont (eu) »mal à leur famille« . Je vous le recommande vivement ; car pour avancer, mettre des mots sur les maux est essentiel.

Autour de moi, vous être nombreux à vivre pareille expérience. Sans oser le dire. Aussi j’espère que ce modeste témoignage vous réconfortera. Gardez tête haute ! J’en suis l’exemple, le bonheur est au sommet de la colline. 🙂

Publicités

12 commentaires sur « Se libérer d’une famille toxique ? Je l’ai fait ! »

    1. Ce qui est rigolo, c’est qu’à présent, son Notaire (qui doit croire tout ce qu’on lui a dit) a pris le relais. Je suis le vilain petit canard noir🦆. 😁😂
      Toi aussi, tu as scié la branche ❓ j’en suis… Heu… Désolée ❓ ravie ❓
      Bonne lecture ‼️
      Un coin coin du bord de ma piscine.💦

      J'aime

  1. La Famille, mais qu’est ce qu’elle est bien à sa place et qu’elle y reste, ou bien qu’on lui permette d’y rester à cette place de famille (Pouah!). On y trouve aussi ses origines, des Sources multiples, Diverses et variées de compréhensions, de clés de lectures très intéressantes sur soi-même, les conditionnements et représentations toutes aussi variées que diverses… Mais oui, quelle paix que d’être en paix hors de ce genre de « cadre » aux sens d’enfermements et bien rarement d’ouvertures… Bien apprendre aux enfants aussi, à identifier leurs lignées et à les comprendre, à les intégrer, à leurs places, bien à leurs places,….

    J'aime

      1. C’est vraiment formidable et fantastique de vivre et écolier ses racines, mais cela n’a rien à voir avec la famille au sens de la relation affective, parentale, etc. Sinon que la parole est libératrice et on apprend toujours beaucoup de soi, de soi-même avec la parole des personnes avec qui l’on évolue dans la Vie, notamment les plus jeunes années, où tout se joue quand même dans la construction de l’individu,
        Cela dit je comprend très bien que l’on se défasse de relations toxiques.

        La rupture entraîne une perte de ressources, et de connaissances

        J'aime

          1. Disons que n’ayant pas personnellement vécu ce genre de vie de famille ordinaire, ayant très tôt quitté cet univers familial et n’ayant surtout pas créé moi même les conditions de ce genre de situation, ce qui ne ma pas empêché d’avoir des enfants et de m’en occuper hors de ce genre de « cellule » la probable toxicité est restée à sa place. Mais je vois et j’ai vu, j’ai entendu beaucoup de personne exprimer de profondes souffrances liées à leurs vies de couples ordinaires et à leurs vies ordinaires au sein de « cellules »(bis) familales. En effet il fait vraiment bon vivre en Libertés hors de toutes ces conventions là…, couple, famille, etc.

            Aimé par 1 personne

      2. C’est vraiment formidable et fantastique de vivre et explorer ses racines, mais cela n’a rien à voir avec la famille au sens de la relation affective, parentale, etc. Sinon que la parole est libératrice et on apprend toujours beaucoup de soi, de soi-même avec la parole des personnes avec qui l’on évolue dans la Vie, notamment les plus jeunes années, où tout se joue quand même dans la construction de l’individu,
        Cela dit je comprend très bien que l’on se défasse de relations toxiques.

        La rupture entraîne une perte de ressources, et de connaissances

        J'aime

    1. Je ne fais que témoigner. Car autour de moi, beaucoup éprouvent de la honte à en parler. Les médias parlent beaucoup des pervers narcissiques, beaucoup moins (voire pas du tout) des parents toxiques. Or, lorsqu’on décide de rompre avec sa famille, on passe par toutes sortes d’émotions : le soulagement, la joie mais aussi l’inquiétude. Dix ans plus tard, je réalise que ma traversée du désert était indispensable à mon émancipation.
      Merci de votre visite ! 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s